Entre préjugés et réalité

<entre préjugés et réalité>
Kingston-upon-Hull, Angleterre
Centre-ville de Hull
Quatre mois se sont maintenant écoulés depuis que je suis arrivée à Kingston-upon-Hull,petite bourgade de 250 000 habitants. Se situant dans le comté du Yorkshire (plus précisément dans le East Yorkshire ou Yorkshire de l’Est) – région quelque peu délaissée par le gouvernement selon les propos de ses habitants – Hull est néanmoins une petite ville bien sympathique où il fait bon vivre.
Je dois vous avouer que j’ai toujours des difficultés en anglais –bien évidemment – celui qui dit être devenu bilingue après 8 mois d’exil est un menteur ou… parlait très bien avant de partir ;-)

Cela dit, je profite pleinement de ma vie d’assistante de français. Je voyage tout en m’imprégnant de souvenirs que je pourrais raconter à mon retour en France bien des années après. Mais il y a quelque chose dont je n’arrive pas à détacher mon esprit. J’ai l’impression de ne pas vivre ma vie anglaise à 100% pour la simple et bonne raison que je continue de garder mes habitudes françaises, mon esprit français (la râle attitude est réellement vraie) et d’avoir une certaine réserve vis-à-vis de tout ce qui m’entoure ! 
Vie anglaise
La Tour de Londres et Tower Bridge, London
Donc, aujourd’hui, vous avez deviné le sujet, nous parlerons ensemble de culture, et, bien évidemment, il ne s’agit pas de n’importe quelle culture mais de cette culture anglaise bien à part dont nous avons toutes et tous entendus parlés à tort. La vie ici n’en est pas du tout déplaisante et est semblable à la vie que nous menons – nous braves européens accoutumés à la consommation de masse.
- La première image que j’avais de l’Angleterre concernait le climat… Et bien, écoutez, cela fait 4 mois que je vis ici et le temps est semblable là où je vivais en France. Le temps est souvent ensoleillé, nous avons eu quelques gros déluges avec quelques inondations mais sinon le temps est relativement beau. C’est juste que l’air est plus humide alors que par chez moi, le temps est sec. Du coup, ce n’est relativement pas comparable. Pour tout vous avouer, nous avons même de la neige à l’heure actuelle, et je suis fort heureuse car pour moi la neige, c’est comme retourner à la maison. Il ne me manquerait qu’un « petit » -12 degrés et là, ce serait le paradis. J

Snow in England
Ma rue sous la neige
- La relation à la nourriture… OMG ! Vous allez savoir pourquoi ! Le premier jour que je suis arrivée en Angleterre, ma « mentor teacher » chez laquelle je vis m’a invitée à partager leur dîner. J’étais affamée et l’heure du repas ne m’avait donc pas intrigué outre mesure. Il était quelque chose comme 18h30. Après avoir emménagé, c’est là que j’ai compris que l’heure et les repas en soit étaient vraiment étranges. Je ne veux vraiment pas faire ma française mais chez moi, je mange à des heures régulières et je ne consomme que 3 repas : petit-déjeuner, déjeuner et dîner. 
A l’inverse, nos amis anglais mangent à toute heure du jour et de la nuit : enfin, ma famille et les anglais que j’ai pu côtoyer… Leur « repas » me donne la nausée. Pour vous donner quelques exemples, les enfants de ma « mentor teacher » mangent des toasts beurrés pour le dîner à 17h30-18h ou des gâteaux. Et quand il ne s’agit pas de toasts, des smoothies, de la crème glacée ou des apéritifs viennent agrémenter leur alimentation.
Partageant le déjeuner sur mon lieu de travail avec mes collègues, j’ai pu voir que ces derniers n’étaient pas en reste !  En effet, soit, ils ne mangent que des sandwiches, soit ils achètent des sortes de toasts à l’oignon sur lesquels ils tartinent du « philadelphia ».
Cela dit, j'avoue être accro à leur traditionnel petit-déjeuner qui est vraiment très bon (et très gras) : haricots rouges à la tomate, bacon fumé, toasts, rosties, saucisses, oeufs (sous toutes ses formes)...etc.
Un conseil : évitez de le manger à 7h30 mais plutôt vers 10h30, cela sert de petit-déj' et de déjeuner en même temps ;-)
- La relation à l’alcool Les anglais boivent beaucoup, ce n’est réellement pas un mythe… Leur tour de taille est donc statistiquement et corrélativement proportionnel au tarif et au degré d’alcool présent dans une pinte (=568 ml). Pour information, une pinte de Carlsberg à Hull coûte entre 1.65 et 2.30£. Un « soft » de 330 ml coûte généralement entre 1.85 et 3.20£. Vous pouvez faire le calcul...
English life
Ancien bar des Beatles - Liverpool

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire