Mon travail en Angleterre


Aujourd’hui, nous sommes donc le 6 janvier 2013 et je dois vous avouer qu’après les trois premiers mois passés en Angleterre, je me sens un peu perdue quant à mon avenir.
En effet, je suis - à la base - titulaire d'une Licence dans le domaine du webmarketing et travailler ici en tant qu'assistante de langues me fait réfléchir à des opportunités de carrières toutes plus folles les unes que les autres.

Bref, ici, mon travail consiste à améliorer le français de mes "petits" élèves. J'ai un contrat de 12 heures par semaine réparties sur deux établissements.
J'effectue 10 heures de cours dans mon école principale : la Sirius Academy (équivalence entre le collège et le début du lycée dans notre système éducatif) où je m'occupe des Year 7, 8, 9, 10 et 11 (il s'agit d'adolescents entre 11-12 ans et 15-16 ans.
Assistante de français
Sirius Academy - établissement où je dispense 10 heures de cours par semaine
Et les deux heures restantes sont consacrées à des élèves de la Wheeler Primary School où je leur apprends les bases du français. Dans cette école primaire, mes élèves sont des Y3, 4, 5, et 6 (ou des enfants entre 7-8 ans et 10-11 ans).

Foreign Language Assistant
Wheeler Primary School
Le travail en soi n’est clairement pas difficile ou fatiguant.  Pour ma part, il consiste à assister le professeur de français référent, d’aider les élèves britanniques à rédiger leurs devoirs mais également de participer à la correction de ceux-ci, d'améliorer leur accent et de leur faire découvrir la culture française. Cela dit, d'autres assistants de ma région ne font pas forcément les mêmes choses que moi. Il faut bien évidemment prendre en considération l'âge et le niveau des élèves. 
Question travail, il m'est également arrivée de faire des présentations powerpoint sur les cours vus en classe ou sur les traditions françaises comme la Toussaint, la Saint-Nicolas, Noël ou l'Epiphanie.
De plus, j'anime un club de français pour les élèves motivés à l'idée de connaître davantage de choses sur notre beau pays et je leur propose des jeux ainsi que des chansons.
Enfin, le travail est quelque peu différent entre les deux établissements dans lesquels j'exerce mes fonctions. En effet, avec la Sirius Academy, je suis plus souvent en classe avec le professeur et j'aide tous les élèves durant la leçon de français alors qu'à l'école primaire, je suis seule et j'anime des "cours" d'une demie-heure avec des petits groupes d'élèves.
Vous devez vous demander également si je parle anglais ou français durant mes leçons ?
Et bien, je dois vous avouer que je ne leur parle qu'en anglais car le niveau de mes classes est relativement faible avec la langue de Molière.
Cela dit, il s'agit pour moi de progresser plus rapidement en anglais car au départ, j'étais terrifiée à l'idée que les élèves se moquent de mon accent français ou ne me comprennent  tout simplement pas. Je rappelle que mon niveau en anglais est vraiment faible. Mais il n'en fut rien ou alors, cela ne fut aucunement visible sur leur visage. Bien au contraire, quand ils voient que je "galère", ils m'aident à trouver plus facilement mes mots.
De plus, discuter avec les autres assistants du coin me montre à quel point le système éducatif français est mauvais dans l'apprentissage des langues vivantes. Après, je rappelle que je n'ai jamais réellement étudié l'anglais mais quand j'entends parler les assistants allemands ou espagnols que je cotoie, je dois admettre que je suis jalouse de leur accent et de leur prononciation. Ils n'ont pas besoin de chercher leurs mots, n'ont aucun bégaiement, bref, ils maîtrisent leur sujet.
Alors que moi, j'hésite beaucoup à prendre la parole quand les sujets sont "difficiles" de peur de me ridiculiser. B
eaucoup de choses seraient donc à revoir dans l'éducation car nous ne sommes pas plus bêtes que les autres, c'est juste la manière d'enseigner qui différe.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire